Autolib’ : c’est parti pour deux mois de test

Autolib‘ est en route depuis samedi 1er octobre. Similaire à un  système de vélos en libre service tel que le Velib‘, une soixantaine de voitures électriques BlueCar de Bolloré circulent dans la ville de Paris.

Rappelons que l’autonomie de chaque véhicule est de 250 km pour une circulation urbaine, et de 150 km au-delà d’une limitation à 50 km/h, le tout pour une vitesse maximale de 130 km/h.

La BlueCar de Bolloré

Vincent Bolloré, patron du Groupe Bolloré, confiait que le service Autolib’ de Paris ne serait rentable que dans 7 ans : « Nous estimons qu’à partir de la septième année, ce sera rentable, et un groupe industriel comme le nôtre a l’habitude de n’avoir des rentabilités qu’au bout de six ou sept ans ». Et pour atteindre ce seuil de rentabilité, l’abonnement mensuel sera de 12€, puis il faudra compter 5€ pour la première demi-heure d’utilisation, 4€ pour la deuxième puis 6€ pour les suivantes.

L’objectif de la Mairie de Paris est clair : diminuer significativement le nombre de véhicules en circulation dans la capitale. Ainsi, une voiture Autolib’ remplacerait 5 voitures privées. Vincent Bolloré croit en son projet et est convaincu que « les riverains vont plébisciter ce système qui permettra aux villes d’entendre le bruit des oiseaux et de ne pas plus avoir d’odeur ».

Pour le moment et ce jusque début décembre, les voitures électriques sont testées par le personnel de la Mairie de Paris et par des ingénieurs de chez Bolloré. Mais si vous êtes résident à Paris ou si vous vous y balader, vous apercevrez certainement l’une de ces voitures qui ne peut passer inaperçue grâce à tous les stickers collés sur chacune des voitures et qui rappellent tous les intérêts d’une voiture électrique : moins de pollution, pas d’odeur, du silence et la fun attitude.

Reste à patienter jusqu’au 5 décembre pour que le service de voitures électriques en libre service soit accessible au grand public, soit à nous tous.

 

 

Laisser une commentaire

*