Citytak, une signalétique adaptée aux personnes en situation de handicap

Permettre à tous de se déplacer plus facilement en milieu urbain ou dans les lieux publics et sans discrimination, c’est l’objectif de Citytak, jeune entreprise spécialisée en signalétique accessible aux personnes en situation de handicap.

Des handicaps trop souvent oubliés
Christophe Bevilacqua n’est pas un chef d’entreprise comme les autres. Atteint de dyspraxie (maladie perturbant le repérage dans l’espace et la coordination des gestes) le centralien a fait de son handicap, sa principale source d’inspiration : « plus jeune, j’étais incapable de lire un plan quel qu’il soit. Alors j’ai conçu les miens ».  Le jeune entrepreneur s’est entouré d’experts et de partenaires de choix pour développer durant plus de 4 ans ces bornes adaptées : Gérard Uzan, ingénieur-chercheur non voyant et son associé Geoffrey Lepoultre, ancien collaborateur de l’Association Française contre les myopathies, ainsi que l’université Paris 8 et l’école polytechnique de Silésie en Pologne.

Ces nouveaux supports facilitent la lecture des plans par les personnes atteintes d’un handicap, et ce grâce à un système conçu de façon à simplifier au maximum la préparation d’un déplacement. Chaque plan intègre ainsi du braille et des lettres en relief pour les malvoyants ou les non-voyants, des couleurs accessibles aux daltoniens mais aussi des pictogrammes pour les étrangers ou les illettrés, présentant l’aspect d’un plan de repérage et d’orientation en milieu bâti ou urbain qui semble tout à fait classique. Le support conçu en téflon fait la chasse aux poussières et aux salissures, laissant la surface propre malgré les nombreuses manipulations.

Une première selon Christophe Bevilacqua, pour qui « les développeurs de matériel urbain laissent souvent sur la touche les personnes atteintes de handicaps non visibles telle que la dyspraxie, le daltonisme, la dyslexie et les déficiences visuelles ou cognitives ». La démarche de la jeune entreprise va plus loin que le simple respect de la loi « handicap » du 11 février 2005. Un devoir, confie Christophe Bevilacqua, pour qui la politique d’accessibilité en faveur des personnes en situation de handicap « doit s’inscrire comme une valeur ajoutée, et non  comme un simple respect de la réglementation ».

Un concept qui fait mouche
Le concept de Citytak semble sur la bonne voie. Alors que plusieurs bornes sont déjà installées sur le campus de l’université de Lyon 3, l’intérêt des responsables d’établissements ouverts au public et des municipalités, toujours à la recherche de solutions pour rendre leurs espaces plus accessibles, ne cesse de croître.

Par ailleurs, Citytak développe actuellement une nouvelle gamme de produits destinés aux lieux culturels tels que les musées et devrait permettre à tous l’accès à la culture, « la seule vraie clé de l’intégration ».

Une inventivité sans pareille et une recherche de l’universalité industrielle récompensées par de nombreux prix. En 2010 Citytak a notamment remporté la médaille d’argent du salon IWIS de Varsovie pour son expertise irréprochable et l’impact positif de ses produits sur la société. Une affaire à ne pas perdre de vue.

Lien vers article original : www.innovcity.fr

Crédits photos : Citytak

Laisser une commentaire

*