La ville intelligente selon BIG, finaliste du concours Audi « Urban Future »

De l’invention de la roue il y a 11 500 ans à aujourd’hui, la mobilité a fait du chemin et continue d’innover et de nous surprendre. C’est à Art Basel, l’une des plus importantes foires de l’art aux Etats-Unis qui a lieu tous les ans, qu’Audi en a profité pour faire son show. Le constructeur allemand a présenté le projet d’un des cinq finalistes de son concours « Urban Future« , BIG : un  » dancefloor  » urbain permettant la conduite de voitures électriques sans conducteur et la réappropriation de l’espace de la ville en fonction des besoins.

 

Source : projet "Urban Future" de BIG

Cette idée est venue de l’interdiction des centres-ville aux voitures, qui est de plus en plus monnaie courante, afin de décongestionner les rues mais aussi de réduire la pollution par les gaz d’échappement et la pollution sonore. L’objectif est de pouvoir combiner la mobilité automobile électrique avec la mobilité piétonne et cycliste, de telle sorte à ce que l’un ne prenne plus le pouvoir sur l’autre.

 

Source : projet "Urban Future" de BIG

Pour cela, imaginez les façades verticales des rues immobiles, mais toutes les surfaces horizontales (routes et trottoirs) mobiles en fonction des heures de pointe, des besoins. Ainsi les routes réservées à la circulation automobile pourraient s’effacer pour laisser place à des chemins piétons, ou à un parc qui aurait besoin de s’étendre pour accueillir le concert du soir. La rue deviendrait alors numérique et s’adapterait aux exigences de ses concitoyens. Elle passerait d’un usage piéton/cycliste à un usage voiture et pourquoi pas récréatif.

 

Source : projet " Urban Future" de BIG

Ce sol lumineux de BIG rendrait la ville intelligente. En effet, les voitures sans conducteurs obéiraient aux messages délivrés par la chaussée et elles seraient alors suffisamment intelligentes pour les interpréter et les comprendre. Ce concept supprimerait les bordures, les feux tricolores et toute autre infrastructure de conduite automobile, ce qui rendrait davantage la ville aux piétons et aux cyclistes. Chaque pas déterminerait un périmètre de sécurité sur le sol indiquant à la voiture les zones à ne pas franchir.

Source : projet "Urban Future" de BIG

La conduite sans conducteur ne date pas d’aujourd’hui et ne parait plus faire partie de l’improbable. Voilà maintenant près de 30 ans que cette technologie existe et plusieurs grands constructeurs affirment qu’elle verra le jour sur les marchés dès 2015. Aujourd’hui, le véritable obstacle à la conduite sans conducteur est l’infrastructure des routes. Ces infrastructures technologiques seront nécessaires pour envisager un jour la circulation de véhicules intelligents. Néanmoins, la conduite sans conducteur prend de plus en plus forme avec l’apparition ces dernières années de l’auto-stationnement (ces véhicules qui ont la capacité de se garer seuls) , mais aussi le régulateur de vitesse et les systèmes de prévention qui prennent le contrôle en cas de danger imminent.

 

Source : projet "Urban Future" de BIG, voitures qui bénéficient aujourd'hui du système de prévention

Les villes devraient être construites afin de refléter les besoins et les modes de vie des gens qui les habitent. Inonder la ville de nouvelles technologies tel que le sol lumineux de BIG permettra une diffusion de l’information en temps réel, d’élargir les espaces de vie et de rendre la ville flexible. L’auto-mobilité pourrait être alors la révolution de demain ?

Si vous souhaitez en savoir plus sur ce projet, je vous conseille de lire l’étude de BIG qui est passionnante.

 

Audi Urban Future Award proposal / BIG from ArchDaily on Vimeo.

Laisser une commentaire

*