Le code de la rue : mieux vivre la ville

Le 3 février dernier, plus de 300 personnes se réunissaient à Strasbourg pour la rencontre « Le code de la rue, une nouvelle façon de vivre la ville ». Ce rendez-vous organisé par le Club des Villes et Territoires Cyclables, ainsi que la Ville et la Communauté Urbaine de Strasbourg, accueillait élus, représentants associatifs…

L’objectif était de faire un point sur l’évolution de la place de la mobilité durable et notamment du vélo et du piéton en ville, de partager des expériences et de réfléchir à de nouvelles actions à mettre en place. Aujourd’hui le réseau compte plus de 200 collectivités territoriales et plus de 1000 villes.

Jean-Marie Darmian, Président du Club des Villes et Territoires Cyclables, a ouvert le bal en affirmant que « C’est une autre vision du partage de l’espace public avec un mode de déplacement extrêmement diversifié qui s’éloigne du tout-automobile et où il faut acter le changement de pratiques des citoyens ».

La première station-vélo de France a été créée en 1999 à Créon, ville de 4 000 habitants située en Gironde. Son maire, fort de son expérience en matière de transports, insiste sur le fait que « c’est leur complémentarité qui devient la clé. On ne peut plus imaginer des modes de transport parallèles sans lien entre eux ». Ainsi, la concertation entre tous les responsables des modes de transport (tramway, métro, bus, train…) est indispensable afin de penser ou repenser au mieux la ville et de manière cohérente.

Plusieurs initiatives ont été mises en avant, telles que la multiplication des zones 30 qui sécurise davantage les cyclistes et piétons, l’autorisation de tourner à droite aux feux rouge pour les cyclistes, ou encore les stationnements vélos toujours plus nombreux.

Afin de faire entendre sa voix et de continuer dans cette dynamique de ville nouvelle, le Club a demandé une audience à Nathalie Kosciusko-Morizet. Selon l’ensemble du réseau, la France accuse un retard immense, il est temps de réagir et d’accélérer la mise en œuvre de toutes ces démarches pour que la ville française continue sur sa lancée et tende davantage vers un espace de partage entre concitoyens.

Et vous, qu’attendez-vous du code de la rue ?

Laisser une commentaire

*