Le palmarès mondial des villes cyclables en 2011

Copenhagenize, agence de communication et cabinet de conseil spécialisé dans la promotion du vélo, vient de sortir son Palamarès mondial des « bicycle-friendly cities », c’est à dire des meilleures villes cyclables en 2011. A sa tête, Mikael Colville-Andersen, l’homme à l’origine du mouvement Cycle Chic (devenu marque déposée), aspire avec ce classement à continuer de diffuser la bonne parole du vélo urbain à travers le monde.

Treize critères ont été retenus par l’agence afin de constituer ce top 20 des villes où il fait bon d’être cycliste en commençant par les infrastructures cyclables, les programmes de vélos en libre-service, mais aussi la part modale du vélo ou encore le plan de déplacement urbain etc.

Le top 5 :

En première position, nous trouvons Amsterdam qui est sans nul doute la capitale mondiale du vélo, et qui posséderait, selon la légende, plus de vélos que d’habitants. La part modale du vélo dépasserait également les 50% en centre-ville.  En seconde position, nous trouvons Copenhague, la ville natale de Copenhagenize, qui gagne des points grâce à sa culture vélo parfaitement établie dans la ville, dans les mentalités mais aussi dans la politique. Barcelone arrive en troisième position grâce aux efforts réalisés pour ré-introduire le vélo dans la ville notamment au travers de son programme de vélo en libre service Bici et des infrastructures plus adaptées.

source copenhaguenize.eu

Souvent oubliée par « l’Occident » en matière de culture vélo, Tokyo obtient pourtant la 4ème place.  La ville nippone est en effet une source d’inspiration à plusieurs niveaux, en particulier en ce qui concerne les relations très courtoises entre les  divers usagers de la route mais aussi grâce à ses parkings à vélo très impressionnants. En cinquième position, nous retrouvons Berlin grâce à un réseau cyclable bien séparé de celui des automobiliste et une part modale du vélo atteignant les 25% dans certains quartiers.

Le top 10 :

En sixième position, on retrouve Munich, une autre ville allemande qui est déterminée à investir de  façon conséquente dans le vélo et à le rendre plus populaire vis-à-vis des citoyens. Paris se place septième, pas très loin derrière Munich (à un seul point), grâce au Vélib qui a permis une incroyable croissance du trafic vélo dans notre capitale.

source google images

La huitième position est accordée à Montréal dont la culture vélo imprégnerait totalement la ville grâce notamment à son programme de vélo en libre service Bixi. La neuvième place revient à la capitale irlandaise Dublin, grâce à des actions très remarquées de ses politiciens qui s’engage à améliorer les infrastructures cyclables au  travers de zones à 30 km/h et de pistes cyclables. En dixième position, Budapest a réussi à atteindre 5% de  part modale du vélo en seulement quelques années et l’acceptation sociale de la bicyclette y est d’ailleurs impressionnante.

Le top 15 :

source google images

La onzième position revient à Portland, souvent reconnue comme la première ville cyclable américaine, grâce à des infrastructures cyclables solides et une bonne acceptation sociale, malgré les préjugés américains et des hivers très humides. Guadalajara, pôle économique et culturel de l’ouest du Mexique, emporte la douzième place grâce à son programme de partage de vélo et à une perception de la sécurité très élevée. Les efforts de la ville pour promouvoir le cyclisme urbain ont payé et elle prend le pas sur Bogota en Amérique du Sud. Hambourg se place quant à elle treizième avec un programme de vélo en libre service toujours stable. Juste derrière Stockholm qui obtient la quatorzième place malgré une étude britannique qui la classe première en tant que ville la moins dépendante à l’automobile. Mais pour une ville qui se prévaut d’être visionnaire concernant les solutions environnementales, des efforts restent encore à faire. Helsinki obtient la quinzième position, malgré son histoire dans l’utilisation de la bicyclette, elle se doit désormais de rénover son réseau cyclable vieillissant.

 

source copenhaguenize.eu

Le top 20:

En seizième position, on retrouve Londres qui tend, grâce à son système de libre-service, à promouvoir, à l’image de Paris, le retour symbolique de la bicyclette dans la ville. San Francisco qui a réputation internationale en tant que ville cyclable obtient ici que la dix-septième place à cause d’une sous-culture du vélo qui ne prédomine pas mais qui reste très forte malgré tout.

 

source google images

A égalité avec la ville autrichienne de Vienne, Rio de Janeiro apparaît en dix-huitième position avec un réseau cyclable sûr et bien séparé de celui des automobilistes et où la culture vélo n’a de cesse d’augmenter. Enfin, New York fait son entrée en dernière position de ce classement. Malgré une politique cyclable absente ces dix dernières années, la ville fait amende honorable avec une politique pro-vélo assez agressive. D’importants efforts d’infrastructures ont été mis en place et un programme de vélo en libre service devrait bientôt y voir le jour également.

 

source google images

Evidemment, ce palmarès reste assez subjectif malgré des critères très pertinents. Mais pour Copenhagenize, c’est surtout une belle façon de promouvoir et de mettre en avant les villes cyclables de part le monde et inciter les autres a fournir les même efforts.

 

Laisser une commentaire

*