Les loueurs accusent Autolib’ de concurrence déloyale

Le syndicat professionnel Ulpro (Union des loueurs professionnels) qui réunit France Cars, Europcar et  Ada porte l’affaire devant les tribunaux et souhaite obtenir auprès de la justice l’annulation du projet Autolib’ (réseau de voitures électriques en libre service sur Paris et une trentaine de communes limitrophes). En effet, l’Ulpro considère ce projet comme de la concurrence déloyale, et veut faire annuler l’appel d’offres lancé par la Mairie de Paris.

Apparemment de nombreuses failles apparaissent dans le contrat de délégation de service.

L’une des failles serait la volonté de mettre à disposition des clients 800 agents d’accueil alors qu’Autolib’ est censé être du libre-service, donc nul besoin d’agents, explique Nicolas Rousselet, le PDG du Groupe G7, dont Ada est une filiale. Une réelle confusion qui pourrait laisser penser qu’Autolib’ se destine davantage à de la location de courte durée qu’à de la location libre-service, comme il l’avait été présenté (service type velib’, mais avec des voitures). Or, plus de 1000 agences vont être créées, il faudra alors passer devant un agent avant de pouvoir louer un véhicule.

Nicolas Rousselet insiste aussi sur le fait que Bolloré aurait reçu « 50 millions d’euros d’aides de la Mairie de Paris, 130 millions d’euros de la Banque européenne d’investissement et 70 millions des collectivités franciliennes pour son véhicule électrique. Forcément, il est plus facile de couvrir les pertes occasionnées par le service Autolib’ ». Pour les loueurs actuels de voiture, Autolib’ « est un service public qui va se substituer à un service déjà fourni sans subventions par des opérateurs privés », et à des prix défiant toute concurrence.

Tous ces arguments et la colère des loueurs laissent à penser que nous n’avons pas fini d’en entendre parler… L’Ulpro a jusqu’à mai pour consolider son argumentaire et le présenter devant la justice.

Une Réponse sur “Les loueurs accusent Autolib’ de concurrence déloyale”

  1. Bonjour,

    En effet des failles existent dans la qualification d’Autolib’, et par extension de tout service d’Autopartage en tant que Service public du fait de l’existence d’opérateurs privés.
    Entre autre, beaucoup repose sur l’interprétation juridique sur la notion de concurrence entre les services proposés.

    La mairie de Paris et puis le Syndicat mixte a tenté de mettre toutes les chances de leur coté en imposant l’aller simple et la motorisation électrique pour pouvoir arguer de la différence de ce service par rapport a l’éxistant.

    Mais il est vrai que la réponse de Bolloré dans ce qu’elle a de séduisant, c’est a dire le fort accompagnement humai, affaiblit le dossier, car il est facile de dire qu’une station autolib est en fait une agence de location de voiture…

    Pour finir, les annonces récentes de Daimler / Europcar avec car2go ne vont la aussi pas dans le sens d’une qualification indéniable de service public.

    Quant au bien fondé de ses subventions , les électeurs ont voté, leurs élus ont dépensé…La démocratie fonctionne. il est vrai que le bilan ‘qualité cout est hasardeux et donnerait une syncope a tout auditeur raisonnable, au mieux, mais au nom de la vision futuriste (enfin il y a 3 ans, depuis le monde a changé 3 fois au moins !) et de l’innovation à l’échelle internationale, c’est finalement une goutte d’eau).

    Il est quand même dommage que ce recours soit porté seulement maintenant, il aurait pu et du être porté il y a un an, a la publication du cahier des charges. La finalement c’est le Parisien consommateur de la location de voiture au sens large qui en pâtit, car inévitablement un tel recours, et l’incertitude qu’il apporte (car il est sérieux a mon avis) va entrainer retards et tergiversations.

    pour plus d’info sur le sujet je recommande mon post sur le blog de cityzencar :
    http://revolution.cityzencar.com/2011/03/24/autopartage-mort-vive-la-location-de-voiture/

    En tout cas curieux de suivre la suite due la saga Autolib’… Un projet qui déchaîne les passions.

Laisser une commentaire

*