Les mesures retenues par le Gouvernement dans le cadre du Plan national vélo

A la suite des Premières rencontres nationales du vélo organisées hier à Paris, Thierry Mariani, ministre chargé des transports, a rappelé que « les avantages du vélo -dont la pratique ne s’élève aujourd’hui qu’à 3% en France – sont nombreux en termes de santé, de réduction des pollutions atmosphériques et de réduction du bruit, de budget des ménages, de développement économique. » Le groupe de travail dirigé par Philippe Goujon, bien conscient de ces avantages, lui a rendu hier des propositions concrètes pour développer l’usage du vélo. Voici un aperçu des mesures retenues pour le plan National vélo.

Tout d’abord en ce qui concerne le développement des aménagements et infrastructures, il est important de rendre les garages à vélo obligatoires dans les constructions neuves (d’une surface minimale de 1,5 m² par appartement pour un T3 et plus) mais aussi de développer le réseau des véloroutes et voies vertes notamment grâce à une augmentation de 50% de la contribution de l’Etat s’élevant à 1,5 millions d’euros.

Puis, il faut inciter davantage à l’usage quotidien du vélo, grâce à des mesures telles que l’évaluation d’une indemnité kilométrique pour les déplacements domicile-travail , la clarification du cumul de prise en charge de l‘abonnement au transport collectif et de celui au vélo en libre service ou encore le développement de l’intermodalité entre vélo et transports collectifs.

Par ailleurs, la sécurité, qui manque encore cruellement au cycliste, doit être améliorée. Pour cela, le « tourne-à-droite » a été instauré, autorisant les cyclistes à ne pas marquer l’arrêt au feu rouge, dès lors qu’ils respectent la priorité accordée aux autres usagers. L’apprentissage du vélo doit aussi être encouragé par le développement de vélo-écoles. Le marquage des vélos pour lutter contre le vol et le recel a également été conseillé.

L’Etat se veut exemplaire face à ces mesures et compte mettre en place des relais vélos dans les directions départementales des territoires (DDT) et dans les Directions régionales de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL). Et pour améliorer toujours plus la perception de l’image du vélo par les français, il mise principalement sur un programme de communication nationale et sur la pérennisation de ces Rencontres nationales du vélo, destinées à se renouveler tous les deux ans.

Pour en savoir plus sur les politiques du vélo en France, vous pouvez visiter ce site : http://www.developpement-durable.gouv.fr/-Politique-du-velo,1776-.html.

N’hésitez pas également à nous faire part de vos commentaires quant à ces mesures, nous dire si elles vous semblent pertinentes ou non, et comment vous, vous envisagez l’avenir du vélo en France !

Laisser une commentaire

*