Shanghaï – Lille : 13 000 km à vélo à assistance électrique

Passionné par la mobilité et plus particulièrement par le vélo, Thibaut a décidé de se lancer dans cette folle aventure qu’est de rejoindre la France, et plus particulièrement Lille, en partant de Shanghaï, ville qu’il a habité ces quatre dernières années.

Départ dimanche 24 juillet – retour 3ème semaine de décembre

Thibaut va traverser 10 pays et aller à la rencontre de multiples cultures : Chine, Kirzhigstan, Tadjikistan, Ouzbekistan, Turkmenistan, Iran, Turquie, Italie, Suisse et France.

Cette aventure est aussi l’occasion de tester le vélo à assistance électrique Watt’s Up, légèrement modifié pour le voyage. Son vélo a une autonomie d’assistance de 150 km par jour et dispose d’une assistance réglable afin de compenser le poids de l’équipement électrique et du vélo. Ce vélo a été conçu en partenariat avec ses partenaires de production et avec Altermove qui propose d’ores et déjà la gamme Watt’s Up. Originalité de son vélo : un panneau solaire y a été intégré afin qu’il puisse bénéficier de l’énergie solaire la journée et avancer quelques kilomètres en plus. Sa monture ne devrait pas passer inaperçue…

L’aventure et les voyages sont ses dadas

Il n’en est pas à son premier périple. En effet, il a commencé en 2005 par un trek de 20 jours afin de réaliser le Tour des Annapurnas, puis le tour du Mont Blanc en 10 jours en traversant la France, la Suisse et l’Italie. En 2006, il est parti des Canaries pour rejoindre St Martin aux Antilles à bord d’un Beneteau Sunfast 40 : une Transatlantique qui aura duré 21 jours. Et il aura parcouru avec son sac à dos de nombreux pays tels que l’Indonésie, le Cambodge,  le Vietnam,  la Birmanie, les Philippines, la Thaïlande, la Syrie, la Jordanie, la Turquie et la Chine ! Autant dire qu’il n’en est pas à son premier galon d’essai.

Tout pour le suivre étape après étape

Il a tout prévu. Thibaut a mis en ligne depuis hier son blog, www.aventureelectrique.com, qui retrace sa vie / son œuvre, mais qui nous tiendra aussi informés de ses aventures, ses rencontres, ses coups de cœur, mais aussi ses « emmerdes ». Il y explique également la manière dont le vélo a été conçu et entre davantage dans les caractéristiques techniques, pour ceux que ça intéresse. Il est également en ligne sur Facebook, Twitter et Flickr. Un compteur kilométrique apparait également, afin que nous sachions toujours où il en est.

J’ai pu contacter Thibaut récemment ce qui m’a donné l’occasion d’en savoir un peu plus sur lui et ses motivations. Voici ce que nous nous sommes dits :

Bonjour Thibaut, comment t’es venue cette idée de parcourir 13 000 km à vélo à assistance électrique ? Pourquoi le vélo et pas un autre véhicule ?

Bonjour Alexine, cela fait maintenant 4 ans que j’habite en Chine, pays plein de challenges et de différences. Depuis la fin de mes études, je pense régulièrement à réaliser un grand voyage. L’opportunité professionnelle que j’ai eu ici a retardé l’aventure de quelques années, mais ça y est, le départ est proche ! Outre mon goût pour l’aventure et la découverte, c’est un réel besoin de rencontres humaines qui me pousse aujourd’hui à prendre mon VAE et à partir a travers l’Asie Centrale. Une de mes missions ici à Shanghaï a été de développer avec les équipes Watt’s Up, une gamme de vélos à assistance électriques. Tout de suite j’ai été passionné par ce projet dans lequel je me suis investi à 100%. Le VAE a pris une place de plus en plus importante dans ma vie, d’abord les tests en usines, puis les déplacements journaliers et enfin les trajets jusqu’à l’usine ! Le choix du VAE pour parcourir ces 13 000 km n’est que la suite logique de cet engrenage.

J’ai lu sur ton blog que tu avais développé un vélo à assistance électrique pour ce voyage, sur la base du vélo Watt’s Up déjà en vente en France. Quelles sont les spécificités qui diffèrent ?

Peu de choses diffèrent des VAE Watt’s Up vendus en France. Le système d’assistance, la batterie et le moteur sont les mêmes. Étant donné la distance et le dénivelé du parcours, nous avons :

·   installé un moteur de 350W (au lieu des 250W que la législation Française autorise),

·   la batterie a une autonomie plus importante, +/- 50 Kms. C’est une batterie de 36V14A.

·   ayant une fragilité au genou droit, j’ai ajoute un système de « régulateur de vitesse », il me suffit d’appuyer sur un bouton et le vélo garde sa vitesse sans que j’ai besoin de pédaler. Bien sûr je ne peux pas faire cela tout le temps si je veux atteindre mon objectif de 130 km par jour !

Comment comptes-tu recharger les batteries de ton vélo ?

That is the question ! Aventure Electrique est un projet « propre » et les choix d’énergies se limitent à l’éolien, le solaire ou un système de dynamo. Nous avons rapidement éliminé l’éolien, le système est trop lourd et trop volumique. La recharge via une dynamo n’est pas assez efficace pour recharger des batteries de 36V, je garde ce système pour mes petits appareils électroniques (mp3, téléphone…). Nous nous sommes concentrés sur le solaire avec un panneau installé sur une petite remorque. Voulant rester mobile et ne pas trop être chargé, j’ai pris un seul panneau solaire. Avec des conditions ensoleillées, je charge une batterie en 5 heures. Ce voyage est avant tout une aventure humaine, de rencontres et d’échanges. Je compte sur l’aide des personnes locales pour recharger mes batteries via une prise de courant classique. Pour ce système, nous avons fait modifier mon chargeur avec une charge rapide de 5A qui me permettra de recharger une batterie en 3 heures. Les charges rapides sont mauvaises pour les batteries car cela réduit leur durée de vie, cependant mon projet étant relativement court par rapport a la durée de vie d’une batterie Lithium, nous avons fait ce choix. Il arrivera surement que je me retrouve sans électricité, mon dérailleur 24 vitesses sera alors d’une grande aide !

Comment t’es-tu préparé psychologiquement et physiquement à ce voyage ?

Le psychologique a été le plus difficile. Je pars pour une belle aventure et je suis très motivé par l’expérience que je vais vivre mais d’un autre côté je quitte Shanghaï ! Souvent on me demande ce que j’aime le plus à Shanghai ou en Chine : c’est une ville dynamique, multiculturelle et agréable à vivre mais ce que je préfère c’est qu’à chaque sortie dans la rue, je suis étonné ou impressionné par quelqu’un ou quelque chose. Même après 4 ans, j’apprécie toujours de voir les retraités faire du Taïchi le matin ou danser le soir dans les parcs ! J’ai la chance de continuer à travailler pour le groupe Mobivia à mon retour en Europe, j’aurai certainement l’occasion de revenir de temps en temps pour mettre au point les nouvelles gammes de Watt’s Up ! Je suis confiant dans ce voyage, j’attends beaucoup de mes futures rencontres. Lors de mes précédents voyages, j’ai connu de nombreuses difficultés que j’ai réussi à surmonter grâce aux contacts et à l’échange. Voyageant seul, je me suis donc préparé depuis quelques mois à m’ouvrir et a aller vers les autres. Comme mon entrainement physique régulier par le sport, c’est une évolution qui ne peut que s’affiner avec le départ.

Comment te sens-tu aujourd’hui à J-3 ?

Je me sens serein ! J’ai passé la journée d’hier à améliorer la remorque dans l’usine, le résultat est encourageant. Il n’y a plus de jeu dans le système de fixation au vélo et celui-ci reste stable lorsque la remorque est chargée.Je suis rentré de l’usine jusque chez moi avec le Watt’s Up, +/- 50km. Le système électrique fonctionne bien et le vélo est suffisamment maniable. Arrivé dans mon appartement vide, j’ai fait un premier inventaire de mon équipement. A part un système pour fuir les chiens errants, tout est présent ! Je me sens donc « ready » et j’ai hâte d’être sur la route !

Et pour finir, au vu de ton expérience professionnelle, penses-tu que la mobilité électrique soit l’avenir de demain ?

Entre le train et mon VAE, la mobilité électrique est déjà pour moi bien présente aujourd’hui ! Oui, je suis convaincu que la part de l’électrique dans la mobilité de demain ne va cesser de croitre durablement à l’image de Shanghai ou la majorité des déplacements se fait déjà en scooters électriques.

Merci de m’avoir accordé un peu de ton temps, je sais qu’en ce moment il est précieux et que tu as encore quelques petites choses à régler. Je te souhaite bon voyage !

Vous pouvez suivre Thibaut sur :

Une petite vidéo humoristique de présentation de Thibaut et de son aventure :

3 Résponses sur “Shanghaï – Lille : 13 000 km à vélo à assistance électrique”

  1. Nacho dit :

    Bravo à Thibaut pour ça capacité à entreprendre et s’engagé dans des des aventures extraordinaires. ET Bravo à Altermove pour le soutenir

  2. carrodano dit :

    Le projet est grand et les enseignements de ce dernier le seront encore plus!
    Le ton du film de présentation nous donne déjà envie d’en découvrir davantage.
    Très bon voyage et encore bravo

    Jérôme

  3. Emmanuel dit :

    Bravo Thibaut et bravo Altermove !
    Belle aventure humaine et sportive en perspective.
    A bientot sur la route via le net.
    Emmanuel

Laisser une commentaire

*