Shanghai-Lille en vélo électrique : une épopée signée Watt’s Up

Samedi dernier, nous avons assisté à Altermove à l’arrivée en héros de Thibaut Dubrulle après avoir parcouru 13000 km de Shanghai à Lille en vélo électrique Watt’s Up.  Collaborateur de Mobivia installé depuis 5 ans en Chine et passionné par les questions de mobilité, il ne s’imaginait tout simplement pas revenir chez lui en avion.

source aventureelectrique.com

En juillet dernier, il organise alors son retour en Europe à travers 10 pays, 10 cultures  et de magnifiques rencontres à l’horizon tout en restant dans le respect le plus total de l’environnement. Pour cela, il décide de partir accompagné d’un Watt’s up, un vélo électrique conçu et adapté spécialement pour lui par ses partenaires de production et Altermove, engagé pour une mobilité urbaine plus simple, plus économique et plus propre. En effet, des aspects techniques répondant aux exigences de ce voyage si particulier ont été rajoutés pour permettre une autonomie d’assistance moyenne de 150km/jour, une assistance réglable pour compenser le poids du vélo et de ses équipements et enfin pour permettre la recharge naturelle et rapide grâce à un panneau solaire. Pour Olivier Lourdel, Directeur Général d’Altermove « En associant Watt’s Up à l’aventure, nous voulions tester le matériel à l’extrême et le soumettre à toutes conditions climatiques et environnementales, et ce sur une distance exceptionnelle. Quelle meilleure démonstration de l’efficacité et de la pertinence du Watt’s Up : si Thibaut a pu faire plus 13 000 km au travers de plus de 10 pays, alors chacun peut trouver avec le vélo électrique une réponse à ses besoins de mobilité de tous les jours ! ».

source aventureelectrique.com

Après 5 mois et 13 000 km, l’arrivée de Thibaut à Lille ce samedi 17 décembre est accueillie en fanfare et avec émotion par sa famille et ses proches, mais aussi par de nombreux curieux impatients d’en savoir plus sur cette incroyable aventure. Il raconte alors ses nombreuses rencontres facilitées par l’originalité de sa monture : « Mon vélo a été le meilleur des passeports : il a suscité beaucoup de curiosité, j’ai même « causé » malgré moi deux accidents ! (…) Je ne savais pas, entre eux et moi, qui étaient les plus impressionnés ». A l’étonnement de l’assistance sur l’entreprise solitaire d’un tel voyage, Thibaut répond: « J’ai dû me servir de ma tente une dizaine de fois en tout et pour tout. Sinon, j’ai toujours dormi chez l’habitant ou en guest-house. Et puis, le voyage en solo est le meilleur moyen de rencontrer des gens. On est plus abordable quand on est seul et finalement, on n’est jamais vraiment tout seul. » Un de ses proches le questionne sur ses meilleurs souvenirs, il soutient que « ce sont finalement les plus grosses difficultés comme les cols, le froid ou l’altitude qui constituent aujourd’hui avec le recul les meilleurs souvenirs. J’ai été merveilleusement accueilli partout, je garde en mémoire des milliers de sourires. « . Ses pires souvenirs, eux, se résument surtout en une expérience culinaire un peu particulière : le Plo’v, une bombe intestinale à base de riz et de légumes sautés qui baignent dans l’huile de coton, dont il ne semble pas tout à fait remis.

source aventureelectrique.com

 

Pour lui, « les plus accueillants ce sont les Ouzbeks c’est sûr, je ne pouvais pas faire 1 km sans me faire arrêter sur la route pour qu’il m’offre quelque chose à manger ». Il explique ne jamais s’être vraiment senti en insécurité et n’a jamais rencontré de gros problèmes : « j’ai eu beaucoup moins de difficultés que j’aurais pu imaginer. (…) A chaque fois les gens sont de plus en plus gentils. (…)Les seuls moments où je me suis senti en insécurité c’était sur certaines routes, à cause de la circulation et notamment celle des camions. J’ai eu quelques frayeurs à Shanghai, dès le départ tant la circulation y est dense ! Je ne me suis pas senti en danger dans des pays comme l’Iran où je n’ai pourtant pas rencontré un seul étranger. Étrangement, en Serbie je n’ai pas toujours été très rassuré… Mais de manière générale, non, je ne me suis pas senti en insécurité. Les gens sont gentils, respectueux. On peut laisser son appareil photo traîner en Chine, personne ne vous le piquera ! »

source aventureelectrique.com

Pour lui, « le point fort de cette aventure reste l’humain, la rencontre, les échanges et puis l’entraide.(…) On arrivait toujours avec des gestes et des expressions à se comprendre. C’était très fort. » Et chacun de ses moments partagés et ces lieux visités sont détaillés et explicités par des magnifiques photos sur son blog, qui lui a également permis de garder un contact avec ses proches et de tenir le coup grâce aux messages d’encouragement et de soutien.

Aujourd’hui, pour Thibaut, pas de nouveau défi en vu, si ce n’est de se reposer quelques semaines en France et se réaccoutumer après 5 ans en Chine et 5 mois à vélo, avant de rejoindre sa Suisse natale. Un repos en tout cas bien mérité ! Encore Bravo !

Pour découvrir les photos de l’arrivée de Thibaut à Lille, rejoignez-nous sur la page facebook de Lièvre ou Tortue !

Une Réponse sur “Shanghai-Lille en vélo électrique : une épopée signée Watt’s Up”

  1. Florian Bailly dit :

    Si l’idée du voyage en vélo solaire vous intéresse : http://www.thesuntrip.com

Laisser une commentaire

*